This page is not available in English. Please, use your browser translator or "copy/paste" into another translator.
We have found that https://www.deepl.com/ translates quite accuratly.

Esta página no está disponible en español. Por favor, usa el traductor de tu navegador o copia/pega en otro traductor.
Hemos encontrado que https://www.deepl.com/ traduce con bastante precisión.

Investir le lieu : Je vais à ta rencontre

Un merci tout particulier aux responsables du Pavillon l'Îlot D'Or Inc de Senneterre, au personnel, aux résidentes et résidents d'accepter d'être mes partenaires pour la réalisation de ce projet.


Ce projet est rendu possible grâce au soutien du Conseil des Arts et des Lettres du Québec et du Programme de partenariat territorial de l'Abitibi-Témiscamingue

Supportent aussi ce projet :
Plomberie Richard Roy

Peindre une vingtaine de tableaux à partir de rencontres avec les résidents âgés du Pavillon l’Îlot d’Or de Senneterre. Investir ce lieu en y accrochant les oeuvres aux murs des corridors au fur et à mesure de leurs réalisations. Ainsi, les oeuvres font partie intégrante de l’environnement et elles peuvent être contempler dès les premiers accrochages. Ce projet s’inscrit dans ma démarche artistique. Je participe à cette reconnaissance mutuelle de nos vies respectives, celle de la vieillesse et de la rencontre, et ainsi poursuivre ma propre recherche artistique en respectant mon style et ma création.

Lire la description complète du projet ainsi que les retombées attendues en cliquant ici

Merci à Michel Gosselin pour le support technique et la conception de ce site.


Documentation du projet

Novembre/décembre/janvier :

  • Discussion d’organisation et de logistique avec les responsables de l’établissement
  • Préparation et élaboration des questions pour les rencontres
  • Quelques rencontres avec les résidents et les résidentes
  • Travail de rédaction suite aux entrevues (aide mémoire et réflexion en vue de la création des oeuvres)


Une première œuvre au mur de la résidence
Sans titre (pour le moment)
2019 | 22 x 30 po | 57 x 76 cm | Acrylique et marqueur pigment | Détail



Cette œuvre est présentement accrochée au mur de la Résidence. Elle témoigne du départ du projet.

Pour le moment, je ne dirai pas par qui cette première œuvre a été inspirée, bien que la personne le sache déjà. Je veux revoir avec elle quelques détails, mais surtout, je veux lui témoigner avec plus d’emphase ma reconnaissance. J’ai passé un merveilleux moment avec cette personne, autant pendant la rencontre de plus d'une heure, que pendant que je peignais dans l’atelier en pensant à elle et à tout ce qu’elle m’avait confiée. Ce fut pour moi, un moment magique. Elle me confirmait le partage et la profondeur de ce projet qui me tient tant à cœur.


J’ai accroché cette toute première œuvre en janvier. J’y ai travaillé de novembre à décembre. J’avais planifié aller l’accrocher en décembre, mais lorsque j’ai vu qu’il y avait plusieurs activités d’organiser pour la période de Noël, j’ai préféré attendre en janvier.









La réflexion fait partie intégrante de ce projet


Quelques essais et quelques tests de peinture

Janvier et février :

  • Élaboration de la structure de la nouvelle section du site web pour la présentation et le suivi du projet
  • Rencontres avec les résidents et les résidentes
  • Réalisation de 4 œuvres
  • Rédaction du Journal personnel de l’artiste et documentation du projet

De retour dans l’atelier. De nouvelles entrevues sont faites et je m’imprègne doucement de mon souvenir du lieu et de la rencontre. Je mets de l’ordre dans mon atelier et je prépare mon matériel.

De nouvelles œuvres se préparent


Une deuxième et troisième œuvre inspirées par deux Dames de la Résidence.

Peindre : Un temps de réflexion
2020 | 24" x 36" | 61 x 91 cm| Acrylique sur bois
Aller à la découverte
2020 | 24" x 16" | 61 x 42 cm |
Acrylique sur bois

Je prépare du nouveau matériel


Mars :

  • Poursuite des rencontres et création des œuvres
  • Travail de rédaction suite aux entrevues

Je préviens la Résidence que je suis avec eux dès que possible. J’attends de voir ce qui se passe. La Résidence accepte-t-elle des visiteurs? Le confinement n’est pas encore officiel. Puis, nous apprenons que nous sommes en pandémie et en confinement.


Une 4e œuvre inspirée par une Dame de la Résidence

Sans titre (pour le moment)
2020 | 20 x 16 po | 51 x 41 cm | Acrylique et verre


Une 5e œuvre inspirée par une Dame de la Résidence

Sans titre (pour le moment)
2020 | 36 x 24 po | 91 x 61 cm | Acrylique

Préparation du matériel : les panneaux de bois doivent être recouverts de gesso

Ce que j’appelle « mes dentelles » me permettent de réfléchir et d’organiser mon projet. Elles sont aussi un concept unificateur tout en étant des œuvres en préparation.

Avril :

Le confinement se poursuit. Je suis l’actualité et j’écoute la conférence de presse du Premier Ministre Legault à tous les jours. On y parle constamment des personnes âgées du Québec et de la situation mondiale. Je poursuis mon travail de peintre en pensant aux personnes âgées avec qui je travaille présentement et à toute l’équipe qui œuvre fort dans une situation de plus en plus difficile. Je suis sensibilisée à l’immense travail fait par les intervenants et j’imagine à quel point il est important de se sécuriser les uns les autres. Et surtout, de se témoigner notre affection réciproque. Mon travail de peintre se poursuit, nourrit par l’ensemble des informations que l’on reçoit au sujet de la pandémie et des personnes âgées du Québec.


Pour le moment, je suis dans l’atelier et je peins à partir des rencontres que j’ai faites jusqu’à présent. Je verrai s’il est possible de faire quelques entrevues par vidéoconférence. J’attends un peu que tout s’organise, que tous s’adaptent à cette nouvelle situation et que les intervenants ne sentent pas une surcharge de travail. Je peins aussi en pensant aux heures des repas et à la collation, aux marches qui sont prises dans les corridors, aux rencontres de bingo, à la messe et aux intervenants que j’ai vu à l’œuvre. Je peins en me rappelant les rencontres que j’ai faites aux hasards de mes visites, quelques mots échangés de façon informelle avec les uns les autres lors de mes passages à la Résidence. Bref, je peins en songeant à la vie de la Résidence, mais surtout en revoyant dans mes pensées les personnes qui y vivent. Comme je serai heureuse d’être avec eux à nouveau, dès que nous pourrons nous rencontrer en personne.